Envie de découvrir l'hypnose par vous même?
Réservez votre place dès maintenant pour nos ateliers auto-hypnose

LA MAGIE DU COEUR

  • Par emilie706
  • Le 24/10/2016
  • Commentaires (0)
LA MAGIE DU COEUR

Nombre d’articles et revues de développement personnel et de thérapie, encouragent à pratiquer la cohérence cardiaque, pour ramener le calme en soi. Il faut remonter à octobre 2003, date de la sortie du livre du docteur David Servan-Schreiber « guérir » le stress, l’anxiété et la dépression, pour voir se populariser cette notion de cohérence cardiaque.
Quel effet peut avoir notre rythme cardiaque sur notre cœur, notre corps et notre esprit ? Quels rapports entretiennent notre cœur, notre corps et notre cerveau ? Quel sens donner à la pratique de cohérence cardiaque dans notre fonctionnement physique et psychique ?

Le cœur possède un cerveau indépendant
La recherche scientifique au cours des dernières décennies a élargi sa compréhension du cœur et a mis en évidence que le cœur est doté d’un cerveau.
Le cœur contient un système nerveux équipé de 40 000 neurones et un réseau complexe de neurotransmetteurs[1], de protéines et de cellules d’appui. Le cerveau du cœur est capable d’agir indépendamment du cerveau de la tête : il peut apprendre, se souvenir et même percevoir.

Qui envoie des informations vers le cerveau et le reste du corps et de l’intérieur vers l’extérieur du corps via un champ magnétique
La communication est d’ordre neurologique, biochimique, biophysique et énergétique :
Neurologique : le cœur via la transmission d'impulsions nerveuses envoie plus d'informations au cerveau qu'il n'en reçoit. Il est le seul organe du corps doté de cette propriété.
Biochimique : l’information se fait au moyen des hormones et des neurotransmetteurs. Le cœur est le producteur de  l'hormone ANF qui assure l'équilibre général du corps. Hormone  dont l’un des effets est d'inhiber la production de l'hormone du stress, et de produire et de libérer l'ocytocine, connue comme hormone de l'amour ou de l’attachement.
Biophysique via des ondes de pression. Au travers du rythme cardiaque et de ses variations, le cœur envoie des messages au cerveau et au reste du corps.
Energétique : le champ électromagnétique du cœur est le plus puissant de tous les organes du corps, 5.000 fois plus intense que celui du cerveau (Il s'étend de deux à quatre mètres autour du corps). Il a été constaté que l’état émotif le fait varier.

Le rythme du cœur influence la pensée
Les recherches de l’institut Heartmath sont allées plus loin dans la connaissance du cœur. Leurs publications en 1995 démontrent l’influence du cœur sur les émotions et indiquent qu’il est possible d’agir sur les signaux du cœur  pour ramener le calme dans le corps, le cerveau y compris. L’activité rythmique du cœur accompagnant nos différents états émotionnels influence donc notre pensée.
Développer le calme en soi a des effets  sur les facultés cognitives comme l’attention, la perception, la mémoire, la fluidité dans nos pensées, l’intuition.

Par exemple, si je suis en stress ou en proie à une émotion désagréable, la courbe de mon rythme cardiaque devient irrégulière et désordonnée. Les signaux neuronaux du cœur qui se dirigent vers le cerveau empêchent ou limitent ma capacité à penser clairement, à me souvenir, à apprendre, à raisonner et prendre des décisions efficaces.

L’inverse est vrai, lors d’émotions agréables, mon rythme cardiaque est plus stable et il améliore mes fonctions cognitives, renforce mes sentiments agréables et ma stabilité émotionnelle.
Apprendre à installer le calme en soi en cultivant des émotions agréables, a des effets positifs sur le corps et sur la façon de percevoir, de penser, de sentir et d’agir.

La cohérence cardiaque pour installer le calme en soi ?

  • Qu’est ce qui fait varier notre rythme cardiaque ?
    La variabilité du rythme cardiaque est générée par le système nerveux autonome qui doit en permanence trouver un équilibre pour que le cœur s’adapte aux exigences de l’environnement. Cette recherche d’équilibre revient à l’action synergique des 2 branches du système nerveux autonome, régulant la plupart des fonctions internes du corps :
  • La branche sympathique agit pour accélérer le rythme cardiaque
  • La branche parasympathique agit pour freiner le rythme cardiaque.
    Un certain nombre de facteurs influent sur l’activité du système nerveux autonome et donc sur la variabilité du rythme cardiaque : la respiration, les exercices physiques, les pensées, en sachant que le facteur prépondérant sont les sentiments et les émotions, comme l’ont montré les chercheurs de l’institut heartmath.
    Les émotions affectent directement le rythme cardiaque. Le stress développant des émotions comme la colère, la frustration, l’anxiété crée un rythme irrégulier, désynchronisant les deux branches du système nerveux autonomes. A l’image d’un automobiliste qui appuierait tantôt sur l’accélérateur et tantôt sur le frein, entrainant une conduite irrégulière et capricieuse, fortement consommatrice d’énergie et accélérant l’usure du véhicule.

    Les émotions stressantes, surtout si elles se prolongent dans le temps ou sont souvent expérimentées, épuisent notre énergie et usent prématurément notre corps.

    Ce qui est fabuleux : les émotions agréables envoient un signal inverse. Lorsque nous éprouvons de l’amour, de la joie, de l’intérêt pour l’autre, le rythme cardiaque est cohérent, harmonieux, les deux branches du système nerveux autonomes sont synchrones et les effets physiologiques de bien être s’installent dans le corps.

  • La cohérence cardiaque  pour installer une harmonie physique, psychologique et émotionnelle
    Maintenir des émotions agréables quelques minutes place le corps entier dans un état bienfaisant d’après les chercheurs de l’institut Hearmath, qui précisent que cet état est mesurable scientifiquement.
    Il est appelé cohérence psychophysiologique et se distingue par un niveau d’harmonie élevé dans les processus psychologiques (mentaux et émotionnels) et physiologique (corporels).
    La recherche montre que lorsque nous activons cet état nos systèmes physiologiques fonctionnement plus efficacement et expérimentons une plus grande stabilité émotionnelle, nous gagnons en clarté mentale et plus globalement en amélioration des fonctions cognitives. Notre corps et notre cerveau fonctionnent mieux et nous nous sentons mieux et améliorons nos résultats.
    La cohérence du rythme cardiaque est le principal indicateur de l’état de cohérence psychophysiologique. Un certain nombre de changements se produisent pendant la cohérence cardiaque : les 2 branches du système nerveux autonomes  se synchronisent. Il y a un changement global de l’équilibre du système nerveux autonome avec une activité parasympathique (le frein) accrue. Le rythme généré par le cœur agit comme une courroie de transmission qui grâce à elle, synchronise un certain nombre de systèmes physiologiques.
    Il y a ainsi une augmentation de la synchronisation entre le cœur et le cerveau.

Pratiquer la cohérence cardiaque pour vivre mieux
La cohérence cardiaque favorise l’installation d’un état de calme et d’équilibre, tout en restant plein d’énergie et réactif. La pratique de la cohérence cardiaque est propice à un fonctionnement quotidien, y compris dans l’exécution de tâches nécessitant une acuité mentale, de la concentration, la résolution de problèmes et la prise de décision, ainsi que dans l’activité physique et la coordination.

La respiration et l’émotion agréable indissociables de la pratique de la cohérence cardiaque 
Inspirer et expirer à un rythme de 10 secondes (5 secondes à l’inspire et 5 secondes à l’expire), pendant 5 minutes permet de générer un rythme cardiaque cohérent. C’est d’ailleurs la technique la plus médiatisée sur internet. Il faut cependant pointer ce que nous développons dans l’article, les émotions agréables sont utiles pour positionner le cœur a sa fréquence de résonnance naturelle.
L’idéal est donc de pratiquer la respiration avec un sentiment agréable dans l’objectif d’accroître le ressenti et de produire des changements plus profonds dans la perception, l’émotion, l’accès à l’intuition, à la créativité et à l’amélioration des performances cognitives et des changements favorables à l’équilibre hormonal.

 

[1] Un neurotransmetteur est une substance chimique (appelée également neuromédiateur), fabriquée par l'organisme, et permettant aux cellules nerveuses (neurones) de transmettre l'influx nerveux (message), entre elles ou entre un neurone et une autre variété de cellules de l'organisme (muscles, glandes).

thérapie du bien être coaching développement personnel bien être évolution personnelle autoformation

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau